Notre projet

Bonjour à toi qui découvre notre projet ! Voici une petite description de notre lieu de vie et de sa philosophie…

Un lieu de vie

Nous habitons à Bourg-la-Reine, une banlieue proche de Paris. Nous vivons dans une maison qui se compose de 11 chambres,  un lieu de vie/cuisine, un garage/atelier, un petit jardin et un espace de coworking.

L’idée

Évidemment, ce n’est pas l’espace d’une énorme maison. Mais nous on se dit que c’est que ce serait aussi un challenge que d’arriver à vivre dans cet espace plus réduit et de réussir à mener ce qu’on a envie de faire en prenant en compte cet handicap. En gros, cela stimule notre créativité pour vivre de manière la plus autonome possible.

Dans nos critères principaux, nous voulions quelque chose de proche de Paris (le noctilien y passe entre autre), peu cher (avec les APL on devrait descendre en dessous des 400€), une chambre par personne et un jardin.

Visite

Chacun sa chambre et tout le reste est mis en commun. Nous nous prêtons facilement les pièces pour y dormir si besoin. Tout peut être un espace partageable en somme ! En bas, une buanderie et un espace de coworking. Nous n’achetons pas grand chose pour les rénovations et nous passons notre temps à récupérer des matériaux pour créer.

Le garage est un atelier qui abrite des outils et une machine à coudre tandis que l’espace de coworking sert à travailler et à dormir pour les invités :

Ce lieu est un laboratoire de vie où nous tentons de trouver les solutions pour être le plus autonome possible face à ce que nous propose la société. Ainsi, nous tendons vers une vie sans déchets, nous souhaitons mettre en place un potager suspendu ainsi qu’un système d’aquaponie, des poules sont arrivées récemment, un système de récupération d’eau est en route et nous créons déjà nos produits d’hygiène et d’entretien.

Pour en savoir plus, consultez notre charte 🙂

Notre charte

Nous avons imaginé cette charte qui explique ce que nous entendons par vivre ensemble de manière résiliente :

Vivre en harmonie avec l’énergie

Le constat est clair, tout ce qui nous entoure utilise de près ou de loin de l’énergie, et celle qui nous chiffonne le plus est bien celle qui émet beaucoup de CO2 (pétrole, charbon, gaz) ! Nous souhaitons donc commencer par réfléchir à comment baisser notre consommation d’énergie, ou du moins l’optimiser. Le but n’est pas de bannir la voiture et de mettre des éoliennes partout mais bien de créer un environnement qui utilise intelligemment l’énergie, que l’on pourrait imaginer produire chez nous !

De même, l’idéal serait pour nous de créer un habitat énergétiquement propre ! Compliqué si nous ne sommes pas propriétaires, mais cela ne passe pas forcément par des gros travaux.
A minima donc, nous nous fournirons en énergie (électricité) chez Énercoop, mais dans la mesure du possible réduirons nos besoins énergétique et si possible produirons une partie de l’énergie par nous même (petite éolienne, panneau solaire…).

Vivre en consom’acteurs

Vivre avec peu d’énergie induit peu consommer également ! Dans cette optique, nous devrons réfléchir à comment consomme le plus intelligemment possible, où aller acheter nos biens de consommation vitaux (nourriture..), et éviter nos bonnes vielles grandes surfaces pour privilégier les circuits cours ! Ensuite, mais ça devient plus personnel, on pensera végétarien dans notre nourriture, et forcément local, de saison, etc.

Vivre sans déchets (ou presque !)

Ne pas dépenser d’énergie c’est également éviter de traiter des déchets. Le plus simple est encore de ne pas en produire ! Le Zero déchet c’est compliqué, mais pas insurmontable, à nous de le découvrir ou de nous en rapprocher un maximum !

Vivre de manière circulaire

En somme, le but est que tout ce que nous créons, mangeons ou construisons soit le fruit d’un cycle. Chaque chose peut-être le moteur d’une autre. Ainsi, nous pensons à l’énergie que des déchets peuvent nous apporter, à l’engrais que représente la décomposition de déchets, etc.

Comme pour l’énergie, nous nous imaginons produire une partie de notre alimentation, avoir quelques poules et si possible se familiariser avec l’agroécologie. Pourquoi pas également récupérer un peu d’eau de pluie pour moins dépendre du réseau de distribution et si c’est faisable apprendre à rendre cette eau potable.

Vivre avec peu de moyens

Nous voulons trouver un loyer le moins cher possible et dépenser peu d’argent par mois dans les coûts de la vie quotidienne. En soit, c’est une conséquence des autres points : dépenser peu d’énergie, aller chercher la nourriture prête à être jetée dans les marchés et grandes surfaces, ne plus acheter de produits industriels, de choses neuves, etc.

Vivre avec plus de temps

Pauvre d’argent, riche de temps, voilà ce que nous aimerions créer ! Nous sommes nous même victime de l’accélération de notre société, dans nos activités. Tout va trop vite, les mails nous étouffent et nous voulons vivre plus sereinement ce que nous faisons, être moins aliénés à cette question du temps. De fait, vivre de manière résiliente prend du temps. Le but n’est pas de vivre ça comme une contrainte mais plus comme une opportunité de prendre le temps pour revenir à des réalités tangibles : faire la cuisine, planter notre nourriture, réparer, recycler, construire, etc.

Vivre en communauté

Pas question de faire ces tâches seul dans son coin, l’idée est bien de s’entre-aider et de faire en sorte que construire notre résilience soit un plaisir au quotidien ! Bien sûr, on ne vivra pas les uns sur les autres tous les jours, chacun a son ou ses activités personnelles, associatives ou professionnelles, mais nous prendrons le temps de définir ces temps ensemble (manger, faire la fête, etc) en fonction des besoins et envies de chacun.

Vivre connecté

Enfin, l’idée n’est pas d’être renfermée mais ouvert aux autres. Dans la mesure du réalisable, notre coloc pourrait être un lieu de réunions occasionnelles, un endroit ou s’organise la vie de quartier : barbecue, soirées improvisées… et un lieu de passage pour couchsurfer.

Vous l’aurez compris l’idée est de vivre, mais vivre bien ! Avoir un comportement résilient ne veux pas dire nous couper de la société mais plutôt vivre en harmonie avec elle et avec notre environnement ! Nulle question d’aller nous amuser à crever des pneus de 4×4 le weekend, on est là pour vivre tranquillement et joyeusement.

On adore faire la fête, boire à souhait, chanter, découvrir, etc. De même, le but n’est pas de juger qui que ce soit. Nous allons créer ensemble cette résilience, mais on est bien conscient que tout le monde ne peut pas évoluer à la même vitesse.

Ainsi, à nous de définir les choses essentielles de bases de celles qui peuvent être amenées à évoluer, mais plus tard.